Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Info de ASMAT22

-*- INFORMATIONS -*-

réunion le mercredi 19 janvier à 20h salle municipale de Lamballe
________________________
-*- PERMANENCE DU SAMEDI -*-

Le samedi matin sur rendez-vous.
Véronique DELAITRE
________________________

Tél :  06.72.80.22.92

Le blog

Il y a actuellement :
        personne(s) connectée(s)

Contacter la Présidente :

    Véronique Delaitre
veroniquedelaitre@free.fr

16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 09:48

 

la prochaine braderie aura lieu le 7 avril 

au gymnase du penthievre à Lamballe 

pour toute réservation Marie- claire au tel : 02 96 31 33 95

               ou 06 21 94 53 89 

Partager cet article

16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 09:44

 

bonjour depuis quelques temps ce blog est un peu laissé à l'abandon , il faut le dire !!

vous pouvez maintenant nous retrouver sur facebook

mais nous cherchons quand même à améliorer le blog en créant un véritable site internet 

 

http://www.facebook.com/asmat.vingtdeux?ref=tn_tnmn

 

 

 

Partager cet article

25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 12:38

 

le bureau de l'association vous souhaite un joyeux noel

vous pouvez nous rejoindre sur facebook

http://www.facebook.com/asmat.vingtdeux?ref=tn_tnmn

Partager cet article

17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 10:04

A partir d'aujourd'hui et durant tout le week-end, Météo France prévoit des températures élevées dans tout le pays. L'occasion de rappeler les consignes de prudence avec un tout-petit pour éviter le coup de chaleur et la déshydratation. (Actu du 17/08/12)

  • A vos ventilos et brumisateurs, la canicule est là ! Durant tout le week-end, les températures vont grimper, une situation pas toujours évidente avec un tout-petit.

Attention à la déshydratation

  • Lors des fortes chaleurs, les nourrissons et les jeunes enfants s’exposent au coup de chaleur et risquent la déshydratation car ils transpirent beaucoup pour maintenir leur corps à la bonne température. Pour y remédier, faites-les boire abondamment de l’eau et ne restez pas exposés à la chaleur.
  • Les signes qui doivent vous alerter : si vous pincez la peau de son ventre et qu’elle reste plus plissée qu’à la normale, si ses yeux sont cernés, si sa langue est desséchée, si des troubles de la conscience apparaissent, consultez de toute urgence ou appelez les secours (Samu : 15, Pompiers : 18).

Prudence en voiture

  • Ce week-end, de nombreuses familles seront sur les routes. Si c'est votre cas, arrêtez-vous souvent et vérifiez que votre bébé va bien. Il dort beaucoup ? Attention, la somnolence est l’un des signes du coup de chaleur.
  • Pour son confort, pensez à emporter un vaporisateur d’eau pour asperger votre enfant et faites le boire régulièrement. Équipez vos fenêtres arrière et latérales de pare-soleil.
  • La Direction de la Santé rappelle également qu'un jeune enfant ne doit jamais être laissé en plein soleil ni être laissé seul dans un véhicule. S'il dort alors que vous devez sortir, prenez-le avec vous.

Un logement frais

  • Durant la journée, ne sortez pas avec votre tout-petit aux heures les plus chaudes. Pour maintenir votre logement frais, fermez vos fenêtres et les volets pendant la journée et ouvrez les le soir ou la nuit si les températures baissent. Dans la chambre de votre enfant, essayez de créer des courants d’air pour ventiler la pièce.
  • Pour rafraîchir votre bébé, n'hésitez pas à lui donner une douche avant de le coucher. C’est l’idéal pour le rafraîchir si la température extérieure est encore élevée.

Stéphanie Letellier

© Enfant.com

Partager cet article

9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 08:31

Dans certaines régions françaises, l’été bat son plein alors que d’autres l’attendent encore. Dans certaines parties de la France, la prévention contre la canicule est primordiale et permet d’avoir les bons réflexes afin de se protéger au mieux durant cette période de grosse chaleur.

Mes débuts d’aidant vous donne quelques conseils en cas de fortes chaleurs pour protéger votre proche âgé ou dépendant.

    Ne sortez pas avec votre proche aux heures les plus chaudes, notamment entre 12 et 16heures ;

    Passez le plus de temps possible dans un endroit frais ou climatisé. Sachez que les mairies en mettent parfois à disposition des personnes fragiles : n’hésitez pas à vous renseigner ;

    Maintenez la maison  à l’abri de la chaleur : laissez les volets fermés et n’ouvrez les fenêtres qu’en fin de journée ;

    Mouillez la peau de votre proche (bras, nuque) plusieurs fois par jour ;

    Limitez les efforts physiques ;

    Ne restez pas en plein soleil, privilégiez l’ombre à tout moment de la journée ;

    Mangez des fruits et des légumes ;

    L’hydratation est primordiale. Donnez à votre proche au moins 1,5L d’eau par jour : le mieux est de lui proposer un grand verre d’eau toutes les heures ;

    Ne laissez pas une personne fragilisée seule pendant plusieurs heures durant de fortes chaleurs ;

    En cas de température corporelle élevée, d’étourdissements, de maux de tête, appelez rapidement un médecin ou le SAMU.

Partager cet article

5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 08:54

Une décision étonnante de la Cour de cassation vient de tomber concernant les ASS MAT : Cour de cassation, Chambre sociale, 31 mai 2012, pourvoi n° 10-24.497

La Cour de cassation a décidé que les dispositions du code du travail sur la rupture du contrat de travail ne sont pas applicables aux assistants maternels employés par des particuliers ». En cas de rupture de contrat à l’initiative du parent employeur et en l' absence de clause contractuelle plus avantageuse, seule l' octroi de l' indemnité de rupture prévue par la convention collective et égale à 1/120ème des salaires nets perçus pendant la période d' emploi est - juridiquement - justifiée.

 

cela va faire l' objet des négociations à venir !!!

Partager cet article

1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 16:52

Petite enfance : les élus (assez) contents d'eux

Interrogés dans une enquête, trois cents élus communaux évaluent la politique d'accueil de la petite enfance. Ils soulignent les progrès quantitatifs et qualitatifs en la matière et le fait que cette question est désormais au coeur de la politique municipale. En point faible apparait la prise en compte limitée des besoins des familles monoparentales et/ou sans emploi.

"Un bilan positif, des efforts à poursuivre" : le titre choisi par "l'e-ssentiel", la "publication électronique de la Caisse nationale des allocations familiales" donne assez bien le ton de ce document qui résume les principaux enseignement de l'évaluation du contrat enfance jeunesse (CEJ) que les collectivités ont signé avec leur CAF. Réalisée fin 2011 par l'institut de TMO Régions sur 300 élus communaux (un échantillon qu'on peut estimer un peu juste...), cette étude a voulu savoir ce que pensaient les responsables communaux de la politique d'accueil de la petite enfance : celle-ci a-t-elle progressé? est-elle en phase avec les attentes des familles? quelles priorités se donnent les élus ? que comptent-ils faire dans les prochaines années ?, etc.

Mieux répondre aux horaires atypiques

En premier lieu, l'étude constate un niveau élevé de connaissance des élus vis-à-vis des réalités de l'accueil de la petite enfance. Quatre sur cinq, par exemple, sont persuadés de bien connaître les attentes des familles. Ils sont également bien au fait du nombre de places proposé dans un cadre collectif ou chez les assistantes maternelles (ce qui, en soi, n'est pas totalement surprenant...). Ils s'estiment par ailleurs satisfaits de l'adéquation entre les dispositifs existants et les besoins exprimés. Parmi le tiers d'élus conscients des lacunes de leur offre, la moitié d'entre eux considère qu'il faudrait combiner les deux modes de garde, collectif et individualisé. Evidemment, les élus sont plutôt enclins à privilégier l'accueil collectif dans les grandes communes et l'inverse dans les plus petites.
Parmi les améliorations à apporter, nombre d'élus mettent en avant les difficultés des familles ayant des "horaires atypiques". En revanche, les responsables portent une attention moins soutenue aux "familles ayant de faibles revenus" et aux familles monoparentales. Comme l'explique "l'e-ssentiel", "les élus assimilent la problématique d'accueil des jeunes enfants à la nécessité de répondre aux besoins des parents ayant un emploi, dans un objectif essentiellement de conciliation. Leurs préoccupations sociales pour les familles en difficulté se concentrent sur les horaires atypiques des parents."

Petite enfance et politique sociale peu articulées

Quel regard portent-ils sur les conséquences de la signature d'un CEJ sur leur propre politique ? 40 % des collectivités de 2 000 à 50 000 habitants ont développé leur potentiel d'accueil depuis quatre ans. Là encore, leur attention s'est davantage portée sur "l'optimisation de la qualité des services" que sur des préoccupations d'ordre social. Pour l'avenir, l'écrasante majorité (85 %) des collectivités entend prolonger voire accentuer ses efforts en matière d'accueil de la petite enfance.
Quand on interroge les élus sur les effets pour la vie des familles de cette prise en charge, ils mettent en tête, de façon attendue, la possibilité de "mieux concilier la vie familiale et la vie professionnelle". Suivent le soutien à la fonction parentale (dans 38 % des cas) puis "la levée des freins à l'emploi" (28 %). Encore une fois, l'articulation politique de la petite enfance et politique sociale est loin d'être évidente pour une majorité d'élus. En revanche, les élus sont conscients de l'importance de ces équipements pour rendre la commune plus attractive et ainsi attirer de nouvelles populations plus jeunes.

Avec la Caf, tout baigne... ou presque

Sur le partenariat avec la Caf, un satisfecit se dessine clairement, atteignant une proportion des deux tiers. Dans un contexte budgétaire tendu, l'attente est principalement financière. Mais les élus sont également demandeurs d'aide technique et de conseils. Quelques critiques émergent tout de même, liées à la "lourdeur administrative" ou encore le manque de clarté des procédures.
Le document se conclut par une typologie des collectivités au regard de leurs ambitions en matière de petite enfance. Deux tiers d'entre elles sont jugées fortement investies, parmi lesquelles une moitié (surtout parmi les villes de plus de 50 000 habitants) compte encore accroître son offre dans les prochaines années. Parmi le tiers restant, actuellement peu motivé, on remarquera qu'une partie des collectivités entend s'impliquer davantage à l'avenir et escompte dès lors le soutien de la Caf.

 

 

 

source : l'essentiel

Partager cet article

4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 08:06

Les rémunérations imposables concernées par le régime spécifique des assistantes maternelles sont :

Les sommes allouées à titre de salaire proprement dit,

Le salaire à déclarer doit être net de cotisations sociales, exception faite le la contribution sociale généralisée (CSG) imposable et de la contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS). C'est le montant qui figure sur l'attestation fiscale envoyée par le centre Pajemploi aux assistantes maternelles.

  • l'éventuelle majoration perçue en cas de garde d'enfants handicapés, malades ou inadaptés,
  • l'indemnité compensatrice perçue en cas d'absence d'un enfant,
  • l'indemnité représentative de congés payés ,
  • l'indemnité compensatrice du délai-congé,
  • les indemnités pour l'entretien des enfants (y compris les indemnités de nourriture).

Les repas fournis par les parents pour l'enfant doivent être comptés à leur valeur réelle et ajoutés au revenu imposable. Ils peuvent également, nous a indiqué la Direction générale des finances publiques, être évalués sur une base forfaitaire, selon les règles de droit commun, soit 4,40 € par repas pour l’année 2011.

  Détermination du revenu imposable

La partie imposable du salaire est égale à la différence entre :

  • les rémunérations et indemnités perçues pour l’entretien et l’hébergement des enfants ;
  • et une somme forfaitaire représentative des frais engagés dans l’intérêt de l’enfant, égale à trois fois le montant horaire du salaire minimum de croissance (SMIC) par jour et par enfant.
  • En cas de garde d'enfants handicapés, malades ou inadaptés ouvrant droit à majoration de salaire, la somme est portée à quatre fois le montant horaire du SMIC par jour et par enfant.

Ces sommes forfaitaires ne peuvent être déduites qu'en cas de garde effective de l'enfant et pour une durée au moins égale à huit heures. Lorsque la durée de garde est inférieure à huit heures, le forfait doit être réduit à due concurrence (multiplication par le nombre d'heures de garde et division par huit).

Il convient de retenir :
> du 1er janvier 2011 au 30 novembre 2011, le montant horaire du SMIC au 1er janvier 2011, soit 9,00 € ;
> du 1er décembre 2011 au 31 décembre 2011,  le montant du SMIC au 1er décembre 2011, soit 9,19 €. 

Le montant de la déduction est limité au total des sommes reçues et ne peut aboutir à un déficit.

L'assistante maternelle peut renoncer à l'application de ce régime particulier. Dans ce cas, l'imposition portera uniquement sur le salaire imposable à l'exclusion des indemnités destinées à l'entretien et l'hébergement des enfants.

Si l'assistante maternelle n'est pas agréée, l'ensemble des sommes perçues, exception faite des indemnités d'entretien, de nourriture et d'hébergement doivent être déclarées.
Dans l'hypothèse où les différents éléments de rémunération ne sont pas distingués au sein d'une rémunération « globale », l'assistante maternelle peut déduire de ce montant un forfait égal à une fois et demi le Minimum Garanti par repas ou gouter (5,04 € du 1er janvier au 30 novembre 2011 et 5,15 € du 1er décembre 2011 au 31 décembre 2011).

  Exonération fiscale des heures complémentaires et supplémentaires

Les heures supplémentaires (heures réalisée à partir de la 46ème heure) et la majoration de salaire associée ainsi que les heures complémentaires (heures de travail réalisées entre le nombre d'heures de travail hebdomadaire défini sur le contrat de travail et la 45ème heure incluse) sont exonérées de l'impôt sur le revenu.

Les sommes correspondantes ne doivent cependant pas être oubliées de la déclaration fiscale ! En effet, elles sont prises en compte dans le revenu fiscal de référence nécessaire au calcul de la Prime pour l'emploi et des allègements de taxe d'habitation

Le montant correspondant devra être reporté dans la case correspondante du formulaire fiscal.

  Comment remplir la déclaration des revenus

La fraction imposable doit être déclarée dans la catégorie des traitements et salaires de la déclaration. Dans le cas d'une déclaration préremplie, le montant préimprimé ne tient pas compte de la fraction exonérée, elle doit être corrigée en inscrivant le montant de la fraction imposable dans les cases blanches.

 

Exemple : Une assistante maternelle a gardé un enfant pendant 183 jours du 1er janvier au 30 novembre 2011 et 17 jours du 1er décembre au 31 décembre 2011. La garde est assurée au moins huit heures par jour. La rémunération totale perçue en 2011 s'est élevée à 7500 € (rémunération nette des cotisations sociales et de la part déductible de la CSG).
La déduction forfaitaire est égale à
:  (9,00 € x 3 x 183 jours) + (9,19 € x 3 x 17 jours) = 5 409,69 €
Le montant à déclarer sur la ligne 1 AJ ou 1BJ de la déclaration de revenu est de :

7 500 € – 5 409,69 € = 2090 €

 

Prime pour l'emploi : nombre d'heures à déclarer

Les assistantes maternelles doivent déterminer sous leur responsabilité le nombre d’heures rémunérées. A titre de règle pratique, ils peuvent toutefois se reporter aux règles spécifiées sur :

La notice 2041 GS de l'administration fiscale relative à la prime pour l'emploi

Pour les assistantes maternelles, la même règle que celle appliquée aux salariés rémunérés à la tâche peut être utilisée :
Le nombre d’heures rémunérées devant figurer sur la déclaration de revenus et entrant dans le calcul de la prime pour l'emploi s’obtient en effectuant le rapport entre la rémunération perçue dans l’année (il s'agit du salaire net imposable - de l'ensemble des employeurs - indiqué par exemple sur les attestions PAJE) et le montant moyen du SMIC horaire net imposable majoré de 10% pour prendre en compte les congés payés (soit 8,07 € pour les revenus de l'année 2011).

Exemple : Une assistante maternelle qui a perçu 9 000 € (heures supplémentaires défiscalisées comprises), devra reporter sur sa déclaration des revenus : 1 115 heures rémunérées (soit : 9 000/8,07)

 

Partager cet article

19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 15:19

Les critères d'agrément des assistantes maternelles seront remplacés par un référentiel national plus précis à compter du 1er septembre 2012. Il définira notamment les capacités et compétences de l’assistante maternelle, ainsi que les conditions matérielles de l'accueil des enfants.

 

La procédure d’agrément s’appuiera, à compter du 1er septembre, sur une grille unique de critères, fixée par le décret du 15 mars 2012. Cette grille s’appliquera de façon plus homogène dans tous les départements.

Ce référentiel s’appliquera aussi bien à une première demande d’agrément qu’à une modification ou un renouvellement. Ces nouvelles dispositions concerneront donc :

  • les personnes qui veulent devenir assistante maternelle,

  • celles qui sont en activité et qui demandent une modification ou un renouvellement de leur agrément,

  • et celles qui exercent dans le cadre des maisons d'assistants maternels.

La procédure d’agrément comportera au moins un entretien et une ou plusieurs visites au domicile ou dans la maison d'assistants maternels, en fonction du mode d'exercice. Les visites au domicile du candidat devront « concilier le respect de sa vie privée et la nécessaire protection des enfants qu'il va accueillir ».

    Le référentiel précise les capacités et les compétences exigées pour l'exercice de la profession d'assistante maternelle :

  • la prise en compte de la santé de l'enfant accueilli ;
  • la maîtrise de la langue française orale et les capacités de communication et de dialogue ;
  • les capacités et qualités personnelles pour accueillir de jeunes enfants dans des conditions propres à assurer leur développement physique et intellectuel et les aptitudes éducatives ;
  • la disponibilité et la capacité à s'organiser et à s'adapter à des situations variées ;
  • la connaissance du métier, du rôle et des responsabilités de l'assistante maternelle.

Il détaille également les conditions matérielles d'accueil permettant de garantir la santé, la sécurité et l'épanouissement des enfants accueillis :

  • les dimensions, l'état du lieu d'accueil, son aménagement, l'organisation de l'espace et sa sécurité ;
  • la disposition de moyens de communication permettant de faire face aux situations d'urgence ;
  • l'environnement du lieu d'accueil, la sécurité de ses abords et son accessibilité ;
  • la présence d'animaux dans le lieu d'accueil ;
  • les conditions de transport des enfants.

   

 

 

Partager cet article

9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 20:43

la braderie du 11 mars 2012 est reportée au 1 avril 2012

merci de votre compréhension

Partager cet article

Articles Récents